BILLET D’ACTU

men-in-black-gif-54296dcaee58d

***

IMG_3796

 

HP ACTU Forum-3 mai-laMarseillaise-tribune HC-170429

giphy

Quand des psychanalystes déplacent des montagnes…Bravo les auvergnats !

Capture d_écran 2017-04-26 à 12.34.50

Capture d_écran 2017-04-20 à 15.43.29L’Instant De Voir, Internet et les réseaux sociaux au service de la Cause

par Laurent Dupont

Le Front National a fait de l’utilisation des réseaux sociaux leur cheval de Troie afin de changer leur image. À partir de comptes non officiels, ils délivrent des messages visant à dédiaboliser le parti.

Notre riposte, sous l’impulsion de Jacques Alain Miller, a pour tête de pont le blog : L’Instant de Voir, et le travail permanent sur les réseaux de l’e-campagne. LIRE LA SUITE

***

Urne-ElectionsBarrer la voie à MLP par notre voix,

par Fatiha Belghomari

Depuis plusieurs jours, j’entends : « Je suis indécis » par un ami journaliste, « Je vote blanc! » regrette une retraitée, « Je vote nul! » s’exclame mon voisin tandis que mon boulanger est catégorique : « Je ne vais pas voter! » LIRE LA SUITE

IMG_1841Droit dans le mur !

par Sandrine Corrouge

« On voit que c’est ce que j’appelais l’Europe à la schlague1, l’Europe à la trique2» fustigeait MLP, pas encore officiellement intronisée candidate FN à cette élection présidentielle mais profitant du Sommet international de l’élevage, après photos avec les vaches et serrage de mains de rigueur, pour lancer une nouvelle charge contre l’Europe, à coup de slogans populo-antiélites souvent réchauffés. LIRE LA SUITE

zsido-tuntetok2Pendant ce temps, à Budapest

Par Laura Sokolowsky

Le 3 novembre 2013, cinq cents manifestants portant l’étoile jaune se sont rassemblés sur la place de la Liberté à Budapest pour protester contre l’inauguration d’une statue de l’amiral Horthy. Ces hommes et ces femmes se sont affrontés aux soutiens du Jobbik, le parti d’extrême droite hongrois, massés autour du buste. L’année précédente, l’un des leaders de ce parti demandait l’établissement d’une liste de citoyens d’ascendance juive. LIRE LA SUITE

***

Montée du fascisme en Italie et en france

1310908-Les_Chemises_noires

par Francesca Biagi-Chai

C’est une discussion banale avec une amie qui m’a fait prendre conscience du danger. Marine Le Pen ne passera pas disait-elle, pas cette fois–ci. La France n’est pas prête. Cette France qu’elle semblait connaître comme une femme, une amie pouvait-elle tout aussi bien être surprise, raptée ? D’où venait donc ce savoir ? LIRE LA SUITE

***

femmeQuel programme pour les femmes?

par Hélène Bonnaud

Devant le Monoprix de mon quartier, deux jeunes femmes se parlent : « Tu as regardé le débat d’hier soir à la télé ? » L’interrogée répond que non, elle n’en a pas eu le temps. L’autre reprend « oui, moi non plus, j’ai pas eu le temps. De toutes façons, je n’irai pas voter. LIRE LA SUITE

***

Capture d_écran 2017-04-07 à 22.22.31

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

***

Capture d_écran 2017-04-05 à 10.34.41

Vivre la république, de Philippe La Sagna

La revendication fondamentale de tous les populistes consiste à affirmer constamment ceci : « nous et seulement nous représentons le peuple véritable »*. Cela signifie que sera rejetée toute autre manifestation du peuple susceptible de représenter la volonté populaire : on refuse les élites, les médias, les partis traditionnels, les élus, les juges, les arts aussi parfois, jugés décadents ou « mondialistes ». Pourtant la république est un régime où gouverne le peuple mais pas sans ses représentants et pas sans des médiations, des institutions. LIRE LA SUITE

***

journal

Merci @SBGoumet

image1

*******

macron

 Première rencontre avec Emmanuel Macron, par Fouzia Taouzari

En direct du Salon du Livre qui se tient à Paris ce jour, où le Maroc est l’invité d’honneur. Après avoir écouté deux conférences sur l’émergence de la littérature au Maroc, je flâne entre les livres, absorbée comme toujours à des trouvailles littéraires. Je me retrouve malgré moi propulsée sur une autre scène. Un mouvement de foule – journalistes, lycéens – s’agite autour de moi. Je regarde la scène où ma curiosité m’amène à avancer, à tendre l’oreille, pour savoir ce qu’il se passe. J’entends : « Mélenchon est là ». « Non, c’est Macron », crie un autre jeune. Jamais de ma vie je n’avais assisté à un meeting ou croisé un politicien. Cela n’existait pour moi que dans les infos. Mais là, j’y étais, drôle de contingence. J’avance. Je suis bousculée. Tout le monde attend qu’Emmanuel Macron fasse son apparition. J’entends qu’il va passer sur l’allée où je me tiens. Je suis le mouvement de près, mais pas suffisamment pour l’approcher. Bousculade, mouvement de foule. Je contourne la foule. Mon calcul était bon, je me retrouve avec des journalistes à attendre de pouvoir l’approcher. J’essaie d’amadouer le garde du corps pour qu’il me laisse parler à Emmanuel Macron. Je lui dis que je compte écrire quelques lignes pour un quotidien de psychanalyse très lu. Il me répond que ce sera plus facile en fin de journée, précisant que ma question devra concerner uniquement le Salon du Livre. Il sort, je m’approche d’Emmanuel Macron et l’interpelle telle une journaliste. Il me lance : « Bonjour ! », et là, je lui demande ce qu’il pense du mouvement lancé par les psychanalystes à voter contre Marine Le Pen. Il me répond ne pas connaître ce mouvement. Il me questionne. Je lui explique rapidement. Il me dit qu’il ira voir, et que cela l’intéresse. Une dame me tend aussitôt sa carte : « Ecrivez-moi, je suis sa chef de cabinet, je lui transférerai votre mail. » A mon tour, je donne à Emmanuel Macron ma carte de visite, qui mentionne ma qualité de psychanalyste. Voilà, notre mouvement s’étend. Il s’est invité par la contingence dans le Salon du Livre.

Publicités