Ne pas se reposer sur les autres, par Romain Aubé

J’écris pour une raison très simple : ma naïveté vient de me jouer un tour, le pire tour qu’elle puisse. Ma naïveté ou ma bêtise.

Le 23 avril 2017 j’ai voté Mélenchon, JLM comme disent les autres. J’ai voté Mélenchon avec une certaine envie d’y croire. Ce n’était pas quelque chose de profond, l’idée d’un renouveau quelque part avait là pris. Et puis je trouvais Mélenchon humain, mille fois plus que la Le Pen, mille fois plus cohérent qu’un Macron, mille fois plus intègre qu’un Fillon, etc.

20h, les résultats tombent et je n’y ai pas cru. Je n’ai pas cru que le FN puisse avoir un tel score dans un pays où je réside. Je n’ai pas cru que tant de gens aient voté pour une femme dont le parti est fasciste – et face à une telle dédiabolisation, rétablissons le Diable s’il-vous-plaît ! Et de ce Diable je ne suis pas amoureux, n’en plaise à Cazotte.

J’ai fermé les yeux. Puis jusqu’à minuit les ai rouverts progressivement. Voici Macron déjà élu me suis-je dit, même pas besoin de voter, les autres le ferons pour moi ! Telle était ma position le 23 au soir. Position sotte, probablement que la déception y a joué.

Pire que cela, le 24 au midi je brandis que j’ai la flemme de me déplacer pour aller voter : je n’y aurai pas la foi de voter en un Macron dont le personnage et le programme ne m’intéressent pas. Je me dis que le Front Républicain fera les choses pour moi. Naïf, tellement naïf que je suis.

Plus tard, je lis un commentaire sur Facebook d’un mélenchoniste convaincu – plus que moi en tout cas. Il écrit : « Avec Marine Le Pen, il y aura des débouchés ». Voici comment cette personne ose dire qu’elle votera pour le FN. Parce qu’il y aura des débouchés ? Mais lesquels ? des débouchés de haine ? de France-Haine ? de FN ?

Oh mon Dieu. Désillusion soudaine. Je comprends alors que des gens qui ont voté Mélenchon, des gens sur lesquels je me reposais pour voter contre Le Pen, ne vont pas voter contre mais pour Le Pen. Je n’en reviens vraiment pas, j’en suis outré.

Bien sûr tous les mélenchonistes ne vont pas voter Le Pen, certains s’abstiendront, d’autres voteront Macron, d’autres voteront blanc.

Il demeure que je suis tombé de haut, vraiment de très haut. Et je ne laisserai pas cela se faire. Je voterai Macron au second tour pour faire barrage au FN, FHAINE, l’horreur qui est déjà trop présente. Moi qui me reposais sur les autres, je venais de comprendre : « L’enfer c’est les autres ». Maintenant, nous avons en sus : « la haine c’est les autres ». Je me refuse à aimer le FN, je me refuse à haïr le FN, je refuse le FN tout court. Et pour reprendre une expression oh combien raciste : « Pas de ça chez nous ».

Il demeure que j’ai honte. J’ai honte que 21,3% de Français aient voté Le Pen. Je me sens profondément blessé. J’ai honte d’être français si être français signifie avoir Marine Le Pen présidente.

 

AUBÉ Romain,

23 ans, étudiant en psychopathologie clinique et citoyen concerné

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans ALERTE, Just published. Ajoutez ce permalien à vos favoris.