SCALP -Réveillons-nous ! par Jean-Daniel Matet

Non, je ne pensais pas revoir les signes et les images qui avaient conduit aux pires moments du XXe siècle. L’extermination des juifs d’Europe avait eu lieu : Jean-Claude Milner en concluait le succès du projet nazi. La construction progressive de l’Europe qui suivit la guerre promettait de faire barrage désormais à la monstruosité qui s’était déchaînée.

Il est vrai que depuis 72 ans les pays d’Europe de l’ouest et du sud vivent en paix alors même qu’auparavant ils se faisaient régulièrement la guerre tous les 30 ou 40 ans. La greffe de la Grande Bretagne, toujours différée par de Gaulle, n’a pas pris, mais les autres ont accepté le rôle de la France et de l’Allemagne dans un leadership chaotique aujourd’hui scellé par l’existence d’une monnaie unique. L’Europe ne sera jamais le Commonwealth dont rêvait l’Angleterre et, de ce point de vue, son départ n’est peut-être pas une mauvaise nouvelle. Ce ne serait le signe avant-coureur d’une explosion de l’Union que si les Hollandais, les Français, les Allemands, les Italiens, les Espagnols, etc. mettaient en place des gouvernements nationalistes faisant le sacrifice des bénéfices que l’Europe apporte à chacun. Certes, son fonctionnement doit aller vers plus de démocratie visible.

Faire table rase

Le rêve de MLP et du FN est de faire table rase de la construction européenne pour reconstituer des nations fortes autonomes, à l’identité supposée « pure », ce qui ne manquera pas d’entraîner une rivalité meurtrière. La montée des nationalismes et particulièrement du FN en France nous expose à la résurgence cynique des conséquences d’une telle conception.

L’effort de Marine Le Pen pour imposer l’image d’une « femme politique responsable », aussi légitime que les autres candidats pour briguer les suffrages d’une élection présidentielle, se brise sur le mur du mouvement qui la porte, du courant politique qui s’est incarné dans l’histoire récente et qu’elle ne dément pas.

L’avez-vous entendue parler de la grandeur de la France en l’assimilant à son extension géographique durant une histoire coloniale dont elle a la clé et la vérité ? L’avez-vous entendue s’en prendre au capitalisme et aux puissances de l’argent quand la fortune de sa famille a les origines les plus troubles et que le système à fabriquer du cash de son parti (FN-Jeanne) est dans le collimateur de la justice qu’elle pense tenir en respect au nom du peuple ? Et encore dénoncer les structures politiques de l’Europe dont, ces dernières années, elle a tant profité ? L’avez-vous entendue s’en prendre aux fédéralistes européens et aux mondialistes qui feraient le malheur de la France, avec les mêmes accents que ceux de l’Etat français qui s’en prenait au cosmopolitisme juif ? L’avez-vous entendue faire applaudir – pour mieux les séduire – les forces de police et les militaires contre les « voyous » qui menaceraient chaque Français, voyous qu’elle embauchera par ailleurs comme nervis ? L’avez-vous entendue contester la double nationalité au mépris d’une histoire de France qu’elle conteste aussi ? L’avez-vous entendue prétendre réserver aux Français (sur combien de générations ?) les emplois et empêcher l’immigration quelle qu’elle soit au mépris des intérêts culturels et économiques de la France et donc des Français ?

Enfin, l’avez-vous entendue se démarquer de l’histoire du FN et de l’extrême droite française autrement qu’en nous abreuvant d’une petite histoire avec son père avec lequel « elle ne veut plus faire de politique » ?

Elle prétend protéger le peuple en flattant la corde la plus sensible de celui qui n’a plus rien à perdre et reproche à l’étranger de lui prendre ce qu’il n’a pas et qu’il suffirait donc de chasser pour retrouver le bonheur perdu.

Aussi est-elle intervenue la première dans le débat entre candidats pour affirmer la nécessité de mesures pour l’autisme et principalement pour accompagner les familles des autistes, dénonçant l’insuffisance des prises en charge actuelles. Les subtilités cliniques ou thérapeutiques ne l’intéressent pas, elle veut seulement – et c’est le leitmotiv de sa campagne – affirmer sa solidarité avec les « victimes du système » qu’elle institue comme telles.

Antisémitisme refoulé mais actif

Nous ne l’entendons pas dénoncer les propos à l’antisémitisme revendiqué, dénonçant ouvertement sur internet la psychanalyse comme inutile et nuisible, son fondateur juif comme responsable d’inventions coupables tel l’inceste. Vous pensez que je m’emporte et j’aurais pu le croire moi-même si je n’avais aperçu ce que diffuse déjà l’un de ces sites, intitulé Blanche Europe indiqué par Jean-Claude Maleval dans son article documenté et éclairant sur « Résister à la fascination du sacrifice » (1), dénonçant comme juifs ceux qui ont signé l’appel des psychanalystes à voter contre Marine Le Pen. Réveil brutal. L’usage des qualificatifs les plus éculés du vocabulaire raciste et antisémite occupe tout l’espace éditorial.

L’écœurement et la nausée vous submergent tant la haine de l’autre s’y répand à longueur de pages. L’extrême droite française a poursuivi avec une grande constance le déroulement des thèmes qu’on pouvait penser proscrits dans l’après-Shoah avec l’aide de la loi des pays démocratiques. Ils sont là, immondes, avec les caricatures ressassées, avec leurs listes informées qui ne se contentent pas de la consonance des noms propres pour noter entre parenthèses qui est juif et qui ne le serait pas.

Écrasement des libertés

Il y a quelques semaines MLP faisait entendre aux fonctionnaires, aux magistrats, qu’ils devraient se soumettre au patriotisme du FN, sous peine de devoir en rendre compte. L’Ambassadeur de France au Japon a écrit qu’il ne servirait pas un tel régime. Nous attendions plus de réactions encore.

À Hénin Beaumont, le maire FN Steve Briois et son équipe persécutent un journaliste de la Voix du Nord qui ne se contente pas de les servir, mais fait son métier de journaliste ; maintenant il le paye cher. La majorité municipale FN affirmait d’ailleurs ne pas avoir besoin de la presse et être en mesure d’assurer sa propre communication. La menace pèse sur la liberté de la presse, qui certes parfois met à mal les défenses de chacun (y compris les psychanalystes), mais qui garantit l’information et le débat démocratique.

Vous l’aurez compris, mais il est nécessaire de le souligner, car il nous semblait évident, il y a peu, que le plafond de verre fonctionnait comme une limite éthique partagée par les partis républicains à l’avancée des thèses du FN. Mais comme Anaëlle Lebovits-Quenehen (2) l’a souligné, les thèses sont maintenant partagées par un grand nombre sans que la morale ni l’éthique ne viennent en limiter la diffusion.

C’est que MLP pense avancer masquée comme le loup revêtu de la dépouille de d’agneau dans la fable d’Ésope. Mais son discours est une ritournelle sur la France aux Français, le travail aux Français, l’économie aux Français, l’histoire aux Français, en utilisant le terme de patriotisme qui suppose nationalisme et esprit guerrier qui l’accompagne. C’est bien connu, le Français de MLP, comme l’Aryen de son cher modèle nazi, est une race pure qu’il faut défendre. Pas de mélange, pas d’intrus, pas d’étranger, ses amis ont beau jeu de contester l’inceste comme une invention de Freud qui aurait voulu contaminer la belle race blanche à partir d’un vice propre aux familles juives. Elle ne le contestera pas.

MLP s’adresse aux femmes, car seule femme à briguer la présidence, elle voudrait obtenir leurs votes. Elle s’affiche pour les femmes, pour leur défense contre l’agresseur islamiste, pour leur maintien au foyer pour élever les enfants, autant que la nature leur donnera car l’avortement serait interdit. Elle consent toutefois à un meilleur remboursement des contraceptifs.

Elle qui est contre les communautarismes, ne s’adresse-t-elle pas à chaque catégorie de la société comme à autant de communautés ? Elle cherche même à séduire les homosexuels par coming out interposé de son fidèle Florian.

Travail, famille, patrie sont donc ainsi actualisés et ceux qui ne se souviennent pas devraient retourner à leurs livres d’histoire, pas celle du FN, pour se souvenir que la référence à ce nouvel État français fut une période des plus sombres de notre histoire où la haine côtoyait la trahison, où la déportation systématique était érigée en mode de gouvernement.

Nuit et brouillard (3)

Dans une ville qui se remettait à peine des ravages de la guerre, le film de Resnais avait eu pour le jeune garçon que j’étais valeur d’éveil — après tout nous n’avions pas vécu la guerre et n’en aurions que les récits. Je pensais que l’analyse avait définitivement mis ma sensibilité en alerte sur ces questions et que je ferais face à la montée de ces périls en sachant les anticiper. Je peux dire aujourd’hui qu’il n’en est rien et que nous ne sommes jamais assez réveillés, car le réel est inattendu d’être impossible à supporter pour faire référence à Lacan. Jacques-Alain Miller et Christiane Alberti ont tiré la sonnette d’alarme et je les en remercie. Qu’est-ce que cela va changer me direz-vous ? Arrêtez de dormir, regardez ce qui se passe, ne voyez-vous pas les vieilles formules ravageantes revenir à grand pas habillées de modernité et la bête immonde menacer nos campagnes ? Réveillons-nous car la victoire de MLP n’est pas assurée, mais son éventualité menaçante a rassemblé un grand mouvement qui demandera violemment des comptes à qui sera élu.

Intervention prononcée au Forum SCALP à Choisy-le-Roi le 29 mars 2017. SCALP : Série de Conversations Anti-Le Pen organisées par le Forum des psys, l’ECF et les ACF.

Plus d’infos sur scalpsite.wordpress.com

1 : Maleval J.-Cl,, « Résister à la fascination du sacrifice », Lacan quotidien, n° 642, 26 mars 2017.
2 : Lebovits-Quenehen A., « Le FN gouverne déjà », Libération , 19 mars 2017, repris par Lacan Quotidien, n°638, 21 mars 2017.
3 : Documentaire réalisé par le cinéaste Alain Resnais à partir d’archives sur les camps de concentration (1956).

Publicités
Cet article a été publié dans Just published, SCALP. Ajoutez ce permalien à vos favoris.