6 janvier 1941 : le discours de Roosevelt contre la barbarie nazie, par France Jaigu

Le 6 janvier 1941, Franklin Delano Roosevelt se tient devant le Congrès américain. Il vient d’être réélu pour la seconde fois et s’apprête à faire l’un des discours les plus marquants de sa carrière, celui que tous les Américains connaissent et dont ils sont encore capables de réciter les derniers paragraphes.

Roosevelt cherche, onze mois avant Pearl Harbor, à tirer le Congrès de son isolationnisme, à convaincre ses concitoyens de s’engager aux côtés du Royaume-Uni dans le conflit contre la barbarie nazie : « depuis le début de notre histoire, nous sommes engagés dans le changement, dans une révolution perpétuelle, pacifique, une révolution inexorable, tranquille, qui s’adapte au changement sans camp de concentration, ni chaux vive dans la fosse ». Aucun Américain réaliste ne saurait croire à la paix que propose un dictateur et « ceux qui renonceraient à une liberté essentielle pour acheter un peu de sécurité provisoire, ne méritent ni la liberté ni la sécurité ». C’est pourquoi Roosevelt se sent malheureusement contraint, alors qu’il accomplit son devoir constitutionnel –informer ses concitoyens sur l’état de l’Union- de sonner l’alarme : l’avenir des États-Unis, leur sécurité et la démocratie se trouvent bel et bien impliqués dans un conflit qui se déroule au-delà de leurs frontières.

Pour la petite histoire, Roosevelt aurait éprouvé quelques difficultés à conclure son discours. Les derniers paragraphes, pourtant les plus lyriques, lui seraient venus après la quatrième correction : un soir, entouré de ses collaborateurs dans son bureau à la Maison Blanche, il se lance et dicte les lignes pour lesquelles le discours est passé à la postérité. Il décrit les quatre libertés essentielles dont jouissent les Américains et qu’il faudrait garantir « everywhere in the world » à l’avenir : freedom of speech, freedom of worship, freedom from want, et freedom from fear. Inutile de traduire, tout le monde aura compris : le rappel de ces libertés essentielles est malheureusement d’actualité.

Cet article a été publié dans ALERTE, Just published. Ajoutez ce permalien à vos favoris.