ALERTE! Brève de CMP ou Discours de la servitude volontaire, par Josselin Schaeffer

Hier je m’agitais un peu pour participer à la diffusion du forum SCALP à Lille le 21 avril prochain. J’interpellais une collègue sur un point technique concernant le moyen de grouper des adresses mails. Une discussion s’engagea :  » je ne trouve pas que la psychanalyse devrait s’impliquer comme elle le fait  » me dit-elle.

Je tentais alors de lui exposer les raisons qui me semblaient justifier cette prise de position contre la ségrégation et la haine. Qu’il me semblait, finalement, que ce nous faisions tous les jours avec les enfants dont nous nous préoccupions ( psychologues en CMP de pédopsychiatrie) n’était pas autre chose que cette lutte parfois longue et délicate contre la pulsion de mort,  » pour un lien social civilisé « . J’ajoutais que la liberté était l’incontournable compagne de la psychanalyse et que, comme le programme santé de MLP le stipulait, la pratique psychanalytique ( notamment avec les autistes) se verrait probablement vite interdite ou du moins rendue impossible dans les dispositifs financés par des deniers publics… Le combat n’était pas purement psychanalytique, il visait, au-delà, à défendre les ingrédients indispensables de notre démocratie, de notre culture voire de notre civilisation. Je n’en finissais plus, nourri que j’étais par le formidable travail de pensée lancé par l’Ecole et l’appel de Christiane Alberti.

« Et la neutralité ? » ajouta-t-elle? Point de neutralité, lui dis-je, quand les enjeux sont de cette importance.

« Elle ne sera jamais élue… « . L’histoire passée et les élections récentes nous montraient que le risque était malheureusement bien envisageable et que les conséquences pouvaient être dramatiques.

« Elle ne pourra pas gouverner si elle est élue. Si elle passe, avec tout ce raffut, la psychanalyse sera la première visée. Tu ne penses pas qu’elle devrait plutôt se faire discrète, [se faire oublier, c’est moi qui ajoute] pour pouvoir poursuivre après au cas où ». La peur, déjà ! Avec une telle remarque, avec cet affleurement significatif, je comprenais que MLP avait déjà gagné, que même pas encore élue, elle gouvernait déjà (Anaëlle Lebovitz Quenehen, Tribune parue dans libération du 19 mars 2017, « le FN gouverne déjà »). La déclaration comminatoire de MLP à l’endroit des fonctionnaires qu’elle avait prononcé lors d’un meeting faisait retour (Meeting de Nantes du 28 février 2017). Que justement, elle tirerait vite profit des effets de la peur puisque, avant même qu’elle ne dispose des pouvoirs que lui conférerait la fonction, certains esprits pouvaient avoir intégré cette logique caractéristique des peuples soumis à l’autoritarisme, à la menace et à la haine. Il fallait tout faire ne serait-ce que pour gagner 5 ans et espérer et travailler à une inversion de tendance.

La servilité et le silence pour échapper à la menace? Non, j’ai choisi d’user jusqu’au bout de « ce petit truc » dont parlait Cécile Favreau ( « Mon petit truc à moi » publié dans L’instant de voir, le 7 avril 2017), la liberté d’expression, plutôt que de me cacher sous les couvertures en attendant le jour.

                                                                  Josselin Schaeffer, psychologue,

membre de l’ACF-CAPA.

Cet article a été publié dans ALERTE, Just published. Ajoutez ce permalien à vos favoris.