Vivre la république, de Philippe La Sagna

Capture d_écran 2017-04-05 à 10.34.41La revendication fondamentale de tous les populistes consiste à affirmer constamment ceci : «  nous et seulement nous représentons le peuple véritable »*.  Cela signifie que sera rejetée toute autre manifestation du peuple susceptible de représenter la volonté populaire : on refuse les élites, les médias, les partis traditionnels, les élus, les juges, les arts aussi parfois, jugés décadents ou « mondialistes ». Pourtant la république est un régime où gouverne le peuple mais pas sans ses représentants et pas sans des médiations, des institutions. Ces médiations ce sont donc les élus, mais aussi la presse et les médias, les musées, les associations, les films, les théâtres, les universités.

La république c’est aussi tous ceux qui, chercheurs ou historiens, lui donnent une image, un présent, un passé et un futur.

Et donc aussi les artistes, musiciens, comédiens, écrivains, avocats, humoristes, médecins et hommes politiques qui participent à rendre sa réalité vivante, qui font vivre la république.

De même, elle ne peut exister sans le rejet du racisme et l’affirmation des droits de l’homme.

La médiation fondamentale procède toujours de la possibilité de la parole libre et de la singularité. Les psychanalystes y tiennent car ce sont les conditions de la psychanalyse. C’est cela qui nous a guidé pour cette réunion publique du 8 avril et permis d’accueillir tous ceux qui nous ont dit oui et qui participent à cette fonction de la parole.

Les psychanalystes d’Aquitaine sont très heureux ce huit avril de recevoir à cette occasion la visite de J.-A. Miller.

PLS

* Jan-Werner Mûller, Qu’est-ce que le populisme ?

Publicités
Cet article a été publié dans Billet d'Actu, Just published. Ajoutez ce permalien à vos favoris.