ET SI ? par Jean-François Cottes

Flashback. Une image indélébile s’est fixée dans ma mémoire : les boîtes en contreplaqué contenant le « fichier juif » au Mémorial de la Shoah dans le quartier du Marais à Paris. C’était il y a une dizaine d’années. De petites fiches cartonnées soigneusement rangées qui ont servi au pouvoir pétainiste et à l’administration collaborationniste pour réaliser la rafle du Vel’ d’hiv’ et la déportation des Juifs de France vers les camps d’extermination pendant l’Occupation nazie. Même avec ces moyens rudimentaires, quelle puissance extraordinairement nocive peut avoir l’information !

Retour au moment présent. Aujourd’hui, par la numérisation les moyens de recueil, de stockage, d’utilisation de l’information, ont été multipliés par un facteur immense. Jusqu’à aujourd’hui toutes ces données personnelles sont « entre de bonnes mains » – cela serait à nuancer.

Qu’en serait-il si, à la faveur de l’élection de Marine Le Pen à la présidence de la République, dans quelques semaines, un pouvoir d’extrême-droite venait à faire main basse sur ces données ? Quel usage en serait-il fait ? A quelles chasses aux sorcières serait utilisé le Big data ?

Et si Marine Le Pen était élue que se passerait-il ?

Nous nous mobilisons contre l’éventualité funeste. Dès le 23  avril prochain, premier tour de l’élection présidentielle, chaque voix comptera, chaque vote exprimé : pas d’abstention, pas de vote blanc ou nul.

Cet article a été publié dans ALERTE, Just published. Ajoutez ce permalien à vos favoris.